RPG STAR RETRO Index du Forum
RPG STAR RETRO
Forum sur les rpg retro
 
RPG STAR RETRO Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

Suikoden 2 Reminiscence
envoyé par alexlemongol. - Regardez d'autres vidéos de musique.

Kingdom Heart

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    RPG STAR RETRO Index du Forum -> Rpg -> Rpg connus
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Arthas
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2009
Messages: 32

MessagePosté le: Dim 29 Nov - 20:21 (2009)    Sujet du message: Kingdom Heart Répondre en citant


                                                                                                                                                                                                                                                            Prologue :Dynamique mélange de deux univers somme toute pas si opposés, Kingdom Hearts est très vite devenu un des nombreux piliers Square dans un monde vidéoludique en pleine expansion. Reprenant de célèbres ingrédients du RPG et les mélangeant aux savoureuses idées du désormais incontournable Tetsuya Nomura, Kingdom Hearts plonge le joueur dans des tonalités enfantines très marquées par une claire frontière entre le Bien et le Mal. 
L’apparition des plus célèbres figures des Final Fantasy dans le jeu, telles que Cloud, Squall (renommé Léon pour l’occasion) ou bien Aerith, ainsi que l’enchanteresse ambiance Disney lui permit de très vite se tailler une place dans le cœur des joueurs.Histoire :
 

A l’abri de tout danger, Sora vit paisiblement sur son île aux côtés de ses amis Riku et Kairi, deux jeunes enfants en quête de découverte. Cependant, alors que Sora est assailli par des rêves étranges, un violent orage secoue l’île et de sombres créatures apparaissent soudainement. 
Effrayé et perdu, Sora arrive néanmoins à retrouver son ami Riku qui disparaît aussitôt, englouti par une fumée noire et inquiétante. De nouveau isolé, Sora découvre avec stupeur qu’une arme en forme de clé, la « Keyblade », se dresse dans ses mains, et qu’elle seule semble venir à bout des créatures envahissant l’île. Se battant en vain contre une tempête de plus en plus féroce et destructrice, Sora sombre avec son île dans les Ténèbres. Se réveillant dans un monde inconnu, il fait la rencontre de Donald et Dingo, envoyés par leur roi en quête du « Porteur de la Clé ». 
Partis ensemble à la recherche de Riku et Kairi, les trois protagonistes découvrent que les mondes s’éteignent un à un, entraînant avec eux les êtres qui les habitent…
Kingdom Hearts accorde une majeure partie de son scénario à l’Amitié et au contraste Bien/Mal, symbolisé par la Lumière et les Ténèbres. Partant sur des bases de vie joyeuses, l’histoire de Kingdom Hearts plonge dans un déroulement mêlant Destruction, Désillusion, Orgueil et Jalousie, jusqu’à naviguer dans un final quasi-apocalyptique. Cependant, les multiples rencontres et les palpitantes aventures qui parsèment le jeu offrent une vision positive et optimiste du Cœur et des sentiments. Cet aspect est d’ailleurs renforcé par une magie étincelante, qui accorde au moindre détail un fidèle respect pour l’univers Disney.Graphismes :Profitant donc d’un univers artistique déjà acquis par Disney, Tetsuya Nomura se charge d’y mêler ses idées nippones, caractérisées par un design assez moderne. Le résultat est étonnant de fluidité. Les personnages dits « inventés » sont parfaitement insérés dans le jeu grâce à un chara-design enfantin et attrayant, et les personnages Disney tels Alice, Merlin ou bien Peter Pan sont en parfait accord avec ceux-ci. Par ailleurs, il est important de signaler que les retouches apportées aux personnages issus des univers Final Fantasy sont d’une classe et d’une beauté difficilement non admirables. En effet, Cloud n’a jamais paru si puissant et tourmenté, tandis que Cid Highwind dévoile enfin pleinement son côté terre-à-terre et mécano. Il est aussi amusant de noter certains « retournements de design » opérés aux trois personnages principaux à leur arrivée dans certains mondes, telle l’Atlantide de La Petite Sirène. De leur côté, les mondes sont travaillés de façon à retranscrire fidèlement l’univers Disney dont ils sont issus, et c’est ainsi avec plaisir que l’on redécouvre l’Agrabah d’Aladdin, la Ville d’Halloween de Jack Skellington, ou bien encore la Jungle de Tarzan. Cependant, Nomura n’en reste pas là et propose de lui-même des mondes inédits issus de sa créativité. Eux aussi se mêlent habilement à l’univers Disney. Les ennemis, nommés « Sans-cœur », participent également énormément à la création de cet aspect un peu simpliste car, exempts de tout détail gênant, ils se caractérisent par un design soigné et arrondi très agréable et séduisant pour l’œil du joueur. De plus, la profusion de détails 2D durant les combats tels les objets HP verts et ronds ou bien les Munnies, la monnaie du jeu, est telle que le seul fait de venir à bout d’un ennemi devient un plaisir. La modélisation des personnages est excellente et ne peine que par quelques malheureuses expressions faciales vides de sentiment et par des textures quelquefois un peu ternes. Cependant, le travail effectué de ce côté-là est parfaitement appréciable, surtout à la vue des capacités de la console de Sony.Un peu plus de détails :
 

Débutant avec douceur sur une île paradisiaque où les couleurs et les fruits fourmillent en abondance, Kingdom Hearts est un plaisir visuel d’une durée de soixante heures environ où quatorze mondes différents vous attendent, tous d’une richesse assez incroyable. Passant du Terrier du Lapin Blanc d’Alice à la baleine Monstro de Pinocchio, Nomura et Disney n’hésitent pas à offrir au joueur un large éventail de goûts, comme le montre la présence de la Ville d’Halloween (issue du féerique film de Tim Burton), mais aussi le Bateau Pirate de Peter Pan. Quelques mondes exclusivement créés pour le jeu sont aussi au rendez-vous, telle la Ville de Traverse ou bien Hollow Bastion. De nombreuses quêtes parsèment ces mondes et toutes permettent d’acquérir des objets plutôt rares : la quête Trinité nous lance à la recherche de symboles Trio de différentes couleurs un peu partout dans les mondes, le Colisée d’Hercule nous projette dans l’arène des Gladiateurs et les Bolets Sans-coeurs sont d’une sympathie assez amusante. Une sorte de mini-jeu vous attendra d’ailleurs au tournant : le mode Gummi. En effet, Kingdom Hearts vous permet de voyager entre les mondes à l’intérieur d’un petit vaisseau semblable à un Lego, que vous pouvez au préalable assembler à l’aide de blocs ramassés par-ci par-là. Bien que linéaire et assez grossier, ce mini-jeu est un moyen de se détendre entre deux aventures.Gameplay :Expérimenté dans le domaine du RPG, Square en reprend ici les grandes lignes et inclut dans le jeu un système d’expérience, de compétences, d’argent récolté suite aux combats, ainsi que les très connus HP / MP (les HP représentant la vie du joueur, les MP permettant au joueur de se servir de sorts magiques). Ne s’arrêtant pas là et se penchant vers un côté plus dynamique et instinctif que les FF, Nomura offre au joueur un Action-RPG dont les combats en temps réel offrent une rapidité et une puissance très respectables. Le visuel des combats réside en deux ou trois cadrans, l’un en bas à gauche de l’écran présentant les différentes actions possibles par le joueur (« Attaquer », « Magie », « Objets », ou bien encore une autre, aléatoire), l’autre en bas à droite de l’écran incarnant les informations nécessaires à un bon combat : le niveau de vie (HP), et le niveau de magie (MP), et puis un autre cadran s’affichant en haut à gauche avec l’activation de certaines compétences. Les coups portés sont impressionnants et les magies, bien que faiblardes à la vue des possibilités offertes par les attaques spéciales telles que l’Aquilon ou bien les Arcanes, demeurent efficaces selon les situations. Les magies sont d’ailleurs mises en avant grâce à un système de raccourcis très utile. De plus, les invocations ne sont pas mises de côté et participent à la construction du gameplay : en effet, quelques personnages Disney tels que Simba ou Bambi vous accompagneront dans votre aventure sous forme d’invocations que vous pourrez appeler une fois par combat en échange de quelques MP. Il est aussi intéressant de remarquer l’intention des développeurs de faire participer les divers personnages des mondes sur lesquels vous atterrissez puisqu’au moins un d’entre eux pourra se joindre à votre équipe lors de votre séjour en son monde. Malheureusement, ce bel aspect reste gâché par une caméra parfois mal placée et peut-être trop excitée qui, contre un ennemi acharné, peut vous coûter la vie.Réalisation et Animation :
 

Le jeu étant destiné aux plus jeunes comme aux plus grands, il est évident que l’humour doit s’y tailler une place tout au long de l’aventure, et c’est principalement dans la réalisation que celui-ci opère. En effet, nombreuses sont les scènes présentant un Donald hors de lui et amusants sont les passages où les gags tiennent les rennes, notamment lorsque l’animation remplit parfaitement son rôle, ce qui semble être majoritairement le cas dans les grandes lignes du jeu.
Les personnages marchent avec fluidité, rient avec aisance, et les combats éclatent de toutes parts sans laisser un personnage inanimé dans un coin.Ambiance Sonore :Composées par Yoko Shimomura, les musiques de Kingdom Hearts oscillent entre douceur, fraîcheur et sévérité. Les mélodies composées au piano font doucement glisser le joueur dans la thématique de l’Amitié et de l’Evasion, tandis que les lourds chœurs de Destati l’entraînent dans un enchaînement plutôt noir et inquiétant, en totale opposition à ce que l’on rencontre dans les grandes lignes du jeu. Et, tout comme le chara-design des personnages, les musiques s’inspirent et retranscrivent parfaitement les univers dont elles sont extraites. Le rythme soutenu des combats est aussi dû à ses musiques qui, réjouissantes et très peu lassantes, permettent de se plonger dans un état de fureur de vaincre assez palpitant. Il faut aussi noter que la chanteuse de J-Pop Utada Hikaru livre ici un titre inédit dont deux versions sont proposées : l’une rapide accompagnant la scène d’introduction, et une autre plus longue qui suit la scène de fin. 
Le jeu français est totalement doublé dans la langue de Molière et la qualité n’est pas à négliger : Disney ayant un long passé dans le domaine du doublage, il était certain que l’on obtienne un résultat de qualité pour le jeu français, chose rare dans le monde vidéoludique. Quant aux bruitages et autres sons parvenant aux oreilles de Sora, tous se lancent dans la voie du dessin animé et remplissent parfaitement leur rôle.Conclusion :En définitive, Kingdom Hearts est une splendide traversée d’un univers visuel épanouissant et séduisant, et offre aux plus jeunes comme aux plus nostalgiques le moyen de se plonger à corps perdu dans une quête entre Ténèbres et Lumière. 





Kingdome Heart 2 

 

Suite à l'élimination d'Ansem, Sora et ses amis parviennent à refermer la porte des ténèbres. Cependant, Riku et le roi se retrouvent enfermés à l'intérieur, de nouveau séparés de leurs compagnons.
Sora, Donald et Dingo se remettent donc en route pour trouver un moyen de les retrouver.
Sur leur chemin , ils font face à une étrange société nommée l'Organisation XIII à l'intérieur du Manoir Oblivion, un lieu où les souvenirs semblent s'effacer.
Au terme d'un nouveau combat, Sora se retrouve endormi par la sorcière Naminé afin qu'il recouvre ses souvenirs d'antan et oublie ceux de l'Organisation.
Sora se réveille finalement dans un manoir de la Cité du Crépuscule. En quête d'informations, il se retrouve confronté à d'étranges adversaires, et est sauvé in extremis par le Roi qui disparaît précipitamment. Sora découvre avec l'aide de Yen Sid, l'ancien maître du roi, ses nouveaux adversaires : Les Simili et l'Organisation XIII, un groupe de Simili aux noirs desseins.
Nos héros partent à nouveau vers de nouvelles aventures, vers de nouveaux mondes afin de mettre un terme aux plans de l'Organisation, et retrouver leurs compagnons. Ils devront à nouveau faire face aux terribles Sans-coeur et à de troublantes révélations...
Voici Kingdom Hearts II, la suite tant attendue du premier opus qui nous avait tant fait vibrer, alliance du monde féérique de Disney et de la magie des Final Fantasy de Square Enix. Fort de ce premier épisode vendu à plus de quatre millions d'exemplaires, Kingdom Hearts II se démarque par une histoire plus sombre, plus complexe et riche en révélations, des personnages charismatiques, un système de combat revu à la hausse, plus dynamique, des graphismes de toute beauté...De quoi plaire aux fans, et aux non fans !
Une histoire plus sombre, un commencement mystérieux...
 

Le scénario de Kingdom Hearts II s'inscrit dans un cadre plus mature, plus sombre, en accord avec la progression et la croissance des personnages, contrairement au premier chapitre qui traduisait une certaine innocence et naïveté.
L'histoire reprend où elle s'était achevée à la fin de Kingdom Hearts. Un an s'est écoulé durant lequel Sora a vécu l'aventure relatée dans l'épisode Chain of Memories. Confrontés à une partie de l'Organisation, lui et ses compagnons ont gagnés en experience et maturité.
La cinématique d'introduction permet en outre d'informer les joueurs sur ce qu'il s'est passé dans le Manoir Oblivion (Les combats face à Marluxia et Ansem, la rencontre avec Naminé et le sommeil de Sora) faisant le lien entre les deux épisodes sur Playstation 2 et expliquant en partie l'apparition de Roxas dans les premiers instants du jeu, sa personnalité et les secrets qui l'entourent.
Kingdom Hearts II se démarque par le nouvel adversaire de Sora: L'Organisation XIII, ses individus capuchonnés déjà apparus dans Final Mix et Chain of Memories. Le mystère qui les entoure (notamment sur l'identité des numéros I et XIII) ainsi que le trouble et les interrogations de Sora contribuent à l'intérêt de l'histoire et à son assombrissement.
Les révélations, ainsi que les réponses aux questions du premier opus sont nombreuses mais Kingdom Hearts II apporte aussi son lot de nouvelles interrogations...
Un système de combat dynamique :
 

Le système de combat de Kingdom Hearts, par sa fluidité et son dynamisme en temps réel, a largement contribué à son succès.
Kingdom Hearts II conserve ses aspects en apportant son lot d'innovations. Les combats ont gagnés en rapidité, en intensité, les affrontements sont plus dynamiques que jamais. La fluidité des animations et des enchaînements des actions offrent des combats de toute beauté.
L'apparition de la commande réaction confère de nombreuses possibilités pendant les combats et une nouvelle dynamique. En effet, il est désormais possible, aux moyens de la touche triangle, d'interagir avec les éléments du décor, avec les personnages, faisant ainsi appel aux réflexes du joueur. Ces commandes apparaîssent en fonction de la position de Sora et, sans pour autant se révéler indispensable, facilite la victoire et donne un nouveau genre aux affrontements...
L'autre nouveauté concerne la fusion. Sora a desormais la possibilité de fusionner avec Donald et Dingo, caractérisée par un changement d'apparence et de nouvelles aptitudes. Déclinées en cinq formes, elles ont chacunes leurs propres caractéristiques, leur propre style de combat. La fusion est cependant limitée par une jauge de flux qui, une fois consommée , provoque le retour au costume original.
Le menu de commande conserve l'ancienne interface, avec les commandes Attaquer, Magie, Objet et l'apparition de la commande Fusion. La nouveauté réside dans l'ajout d'une seconde fenêtre munie des commandes Invocations, Intervertir et Coopération.
Intervertir permet de changer les membres de l'équipe en cours de jeu sans avoir à passer par le menu principal. Quant à la coopération, il s'agit d'une attaque combinée de Sora et de l'un de ses coéquipiers offrant ainsi de nouvelles perspectives. La possibilité de placer certaines magies en raccourci a été conservée avec maintenant un raccourci pour un objet. A noter que le menu de commande change d'apparence selon le monde visité. Les invocations ont été conservées. Au nombre de quatre, elles sont issues de personnages Disney mais offrent malheureusement une utilité et un intérêt limité.
Des univers différents :
 

Que serait Kingdom Hearts sans son lot de mondes issus des différents univers de Disney et Square Enix? Kingdom Hearts premier du nom offrait la possibilité d'explorer quatorze mondes, dont quatre créés par Squaresoft (l'Île du Destin, la ville de Traverse, la Forteresse oubliée et la Fin du Monde).
Sans dérober à la règle, les mondes du deuxième opus sont majoritairement issus de l'univers Disney à l'exception de trois (La Cité du Crépuscule, la Forteresse oubliée et Illusiopolis) et sont au nombre de quinze.
C'est avec plaisir que les joueurs peuvent retrouver les mondes d'Agrabah, de la Forteresse oubliée, d'Atlantica, de la Ville d'Halloween, du Colisée de l'Olympe et de la Forêt des Rêves Bleus, entièrement remaniés et agrandis, mais aussi découvrir les neufs inédits : La Cité du Crépuscule, la Terre des Dragons, le Château de la Bête, le Château Disney, la Rivière intemporelle, Port Royal, Space paranoids, la Terre des Lions et Illusiopolis.
Contrairement au premier chapitre, Kingdom Hearts II s'attache plus à l'histoire originale des dessins animés. C'est ainsi que vous pourrez revivre la scène du bal de la Belle et la Bête, le retour de Jafar d'Agrabah ou encore l'histoire de Mulan dans la guerre de Chine. Autant de scènes cultes, telles que nous avons pu les voir dans les dessins animés et qui nous replonge dans ces univers féeriques.
Que dire de plus ?
 

Le retour du vaisseau gummi est marqué par un total changement du concept précédent. Le premier système fut très critiqué de part son manque de dynamisme, de rapidité et d'attractivité. Oubliez tout cela !
Il s'agit en quelque sorte de mondes à part entière où, pour avancer, il vous faudra abattre des Sans-coeurs et même affronter des boss. Les ennemis arrivent de toutes parts, autant en face de vous, que derrière, ou sur les côtés. Le vaisseau se déplace en conséquence et il faudra faire preuve d'adresse pour esquiver les différents assauts. Un système de verouillage automatique est disponible afin de viser plusieurs cibles a la fois. 
Lorsqu'un ennemi est abattu, vous obtenez différents bonus tels que de nouveaux vaisseaux, etc...
Les phases de gummi sont indispensables pour voyager entre les mondes pour la première fois. Mais désormais, des missions seront accessibles au prochain passage qui permettront de récupérer d'autres objets.
Un autre défaut de Kingdom hearts, le maniement de la caméra a été totalement revu. Elle est désormais contrôlable à l'aide du stick analogique droit.
Conclusion :Kingdom Hearts II se révèle être le digne successeur de Kingdom Hearts, apportant son lot de nouveautés et répondant dans sa globalité aux attentes des joueurs.
Offrant plus de dynamisme, de fluidité, d'action et disposant d'une histoire plus complexe, le jeu ne trahit cependant pas ses origines et s'inscrit parfaitement dans la continuité du précédent. 


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 29 Nov - 20:21 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    RPG STAR RETRO Index du Forum -> Rpg -> Rpg connus Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom
Découvrez la playlist 1 avec Nobuo Uematsu

petites annonces <a href=World of Warcraft