RPG STAR RETRO Index du Forum
RPG STAR RETRO
Forum sur les rpg retro
 
RPG STAR RETRO Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

Suikoden 2 Reminiscence
envoyé par alexlemongol. - Regardez d'autres vidéos de musique.

Legend of foresia

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    RPG STAR RETRO Index du Forum -> Rpg -> Rpg peu connus
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Keisuke
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2009
Messages: 40
Masculin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Sam 28 Nov - 17:01 (2009)    Sujet du message: Legend of foresia Répondre en citant

INTRODUCTION ET SCENARIO


THQ : trois lettres qui ont traumatisé plus d’un joueur à la fin des années 90. Par ses collaborations avec des développeurs plus obscurs les uns que les autres (T&Q Soft dans le cas présent, qui en une décennie a sorti... cinq titres) et ses jeux de catch qui se passent de commentaires, cette société fondée en 1994 est rapidement devenue synonyme d’une médiocrité parfaitement assumée.
L’éditeur/développeur américain a depuis entamé sa rédemption avec des titres plus décents, les deux Red Faction ou Les Chevaliers de Baphomet 3 par exemple; mais si les temps changent, les navets quant à eux restent, solidement ancrés dans la mémoire collective, intemporels, en un mot mythiques (à leur manière). Bien souvent, rien ne prédisposait ces jeux à une telle destinée. Legend of Foresia (qui se fait aussi appeler Blaze & Blade, ne vous laissez pas piéger) partait ainsi d’un concept intéressant : un action-RPG ascendant hack’n slash jouable à quatre, dans lequel le joueur crée (ou plutôt choisit, nomme et distribue quelques points bonus à) ses personnages parmi huit classes aux compétences très diverses (guerrier, voleur, fée...), l’objectif étant bien sûr de se constituer une équipe la plus complémentaire possible. A noter quand même que chaque personnage ainsi sauvegardé occupe pas moins de trois blocs sur la carte mémoire ! Malgré cela, et même si le scénario est aux abonnés absents (l’histoire se résume à une chasse aux trésors à travers différents lieux et les personnages n’ont pas une once de personnalité), l’ensemble s’annonçait sympathique et varié, d’autant qu’un bref passage par le menu de pause suffit pour changer le protagoniste contrôlé par le joueur. Hélas, tous ces espoirs se trouvent vite déçus.
DEVELOPPEMENT


Autant défendre tout de suite ce qui peut l’être : Legend of Foresia est sorti en 1995 au Japon, quasiment en même temps que la console de Sony sur laquelle personne ne misait alors le moindre yen. Il a cependant eu le malheur de n’arriver en France qu’en 1999, année durant laquelle les Européens virent enfin arriver Grandia sous leurs lattitudes et attendaient désormais fébrilement un Final Fantasy VIII qui n’en finissait plus d’éblouir à coup de démos techniques franchement impressionnantes. Un contexte pas vraiment idéal donc pour une petite production qui affiche quatre années bien révolues de retard technique et en porte d’impressionnants stigmates: les graphismes sont ridicules, les couleurs affreusement mal choisies et la modélisation ne ressemble à rien, voilà qui est dit une fois pour toutes. L’âge excuse t-il pour autant un design au ras des pâquerettes qui amène à combattre des Bisounours roses en armure et des ours à tête de chouette? Quant aux innombrables bugs qui gênent considérablement la progression du joueur, ne sont-ils pas plutôt la marque d’un titre développé à la va-vite et mis en boutique sans passer par la phase bêta ? Toujours est-il que l’ensemble atteint des sommets de médiocrité et ne parvient à aucun moment à instaurer ne serait-ce qu’une amorce d’univers. Pas de scénario, pas d’ambiance: difficile dès lors de rendre l’aventure immersive, et il faudrait vraiment un gameplay mirifique pour contrebalancer ces énormes tares.
Il faut bien l’avouer, les divers protagonistes ont vraiment de belles têtes de vainqueurs et sont loin de sublimer l’esthétique générale.Au secours, des oursons en peluche (roses par dessus le marché)! Epargnez-les en éteignant votre console et tout le monde sera content.



Le miracle n’a malheureusement pas lieu : si la maniabilité est à peu près correcte, la richesse est elle loin d’être au rendez-vous. Toute l’aventure se joue en effet avec deux boutons, un pour frapper, l’autre assimilé à une fonction spécifique à chaque héros (position de garde pour le guerrier, faculté d’endormir les ennemis pour l’elfe...). Les affrontements tournent même rapidement au martelage de la touche d’attaque tant l’autre possibilité est pour le moins dispensable, et tous les ennemis se combattant de la même manière (la force brute), la lassitude s’installe vraiment très vite. Le reste n’est de toute façon qu’une succession d’aberrations; les items et magies de soin n’ont aucune raison d’être puisque les points de vie sont intégralement restaurés à chaque montée en niveau (qui interviennent grosso modo toutes les deux minutes), et en parlant des objets, sachez que leur utilisation lors des combats est très problématique puisqu’il faut pour cela ouvrir un menu par le biais de la touche triangle. Rien d’anormal jusque là... sauf que le jeu “oublie” de freezer durant ce processus, laissant l’équipe à la merci de l’ennemi! Bien joué, interface très bien pensée. Seule à tirer son épingle du jeu, l’IA des alliés est tout à fait honnête sans être exceptionnelle, facilitant ainsi la progression (force est de reconnaître que cette dernière est loin d’être aisée, certaines énigmes étant particulièrement retorses et demandant de faire intervenir plusieurs équipiers).
Certains boss comme cet ours (!) sont à mourir de rire... même si ce n’est pas volontaire (on notera l’excellence de la traduction ours/français).Les montées en niveau sont vraiment légion, à tel point qu’atteindre un niveau 300 vers la fin du jeu n’a rien d’incongru.



Comme une cerise sur ce gâteau déjà peu appétissant, le cheminement est terriblement monotone et répétitif: les lieux visités ont beau avoir des aspects assez variés (forêts, mines, châteaux...), ils se résument tous à une succession d’écrans truffés de monstres, avec de temps à autre quelques interrupteurs à actionner, quelques phases de plate-formes très primaires, et bien évidemment l’inévitable boss qui clôturera la quête. Ne reste alors plus qu’à regagner l’auberge (le seul lieu du jeu qui donnera lieu à quelques conversations très basiques) pour tailler la bavette avec le tavernier et déterminer avec lui la prochaine destination... et ainsi de suite, jusqu’à ce que mort (d’ennui sans doute) s’ensuive. L’auberge donne également l’occasion de faire examiner ses objets par un expert (il est impossible de connaître leur utilité sinon...) et de modifier la musique en s’entretenant avec la musicienne; les quatre pauvres thèmes que propose le jeu tapant très rapidement sur les nerfs, il est toutefois plus simple et plus sain de couper directement le son. On aimerait bien trouver des raisons de s’y attacher, ou au moins des circonstances atténuantes qui expliqueraient cette débâcle, mais les faits sont là, glacés et implacables: Legend of Foresia est un très mauvais jeu et a été bâclé du début à la fin. Inutile de s’acharner sur lui plus longtemps.
Les dialogues ont beau être rarissimes, ils sont déjà trop nombreux. La preuve en images avec ce poivrot à la conversation très limitée.Un vrai tour de force: alors que chaque décor est composé de trois polygones, le jeu parvient quand même à introduire des écrans de chargement.

CONCLUSION


Que dire de ce jeu ? Pas de scénario, aucun travail au niveau graphique, guère plus d’allant pour le gameplay : il approche le néant sur tous les plans. Inutile également de s’attarder sur la possibilité de jouer à quatre, pourtant annoncée comme l’atout majeur du titre : personne en ce bas monde n’est assez cruel pour infliger un tel supplice à trois de ses amis (ni même à ses ennemis d’ailleurs). Ceux que le concept intéresse peuvent trouver leur bonheur ailleurs, avec Baldur’s Gate - Dark Alliance, jouable à 2 et d’un tout autre niveau, ou même le très original Legend of Mana (pour le côté multijoueur). D’excellents jeux que je ne peux que conseiller. Pour en revenir à notre “chef-d’oeuvre”, seules les boutiques de revente lui ont trouvé un quelconque intérêt puisque la pochette qui orne le boîtier est très jolie et qu’un pige... client non averti peut facilement se laisser berner par cette présentation soignée (et je parle en connaissance de cause). Mais vous, vous êtes désormais prévenus et n'avez aucune excuse pour ne pas l'éviter à tout prix.


tirer de "rpglegend"
_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 28 Nov - 17:01 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Kyo14
Ecuyer
Ecuyer

Hors ligne

Inscrit le: 28 Nov 2009
Messages: 12
Localisation: Près de Caen
Masculin Cancer (21juin-23juil) 猪 Cochon

MessagePosté le: Sam 28 Nov - 22:08 (2009)    Sujet du message: Legend of foresia Répondre en citant

Jamais entendu parler.  Very Happy
Cela dit, vu la description je m'en porte pas plus mal. Mr. Green


Revenir en haut
MSN
Arthas
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2009
Messages: 32

MessagePosté le: Sam 28 Nov - 22:17 (2009)    Sujet du message: Legend of foresia Répondre en citant

je l'ai le jeux en orgininal pas terrible 

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:53 (2018)    Sujet du message: Legend of foresia

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    RPG STAR RETRO Index du Forum -> Rpg -> Rpg peu connus Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom
Découvrez la playlist 1 avec Nobuo Uematsu

petites annonces <a href=World of Warcraft